La recherche vocale s’invite dans votre quotidien

24 Nov 2016 / de Tobias Zehnder / Webrepublic / Comments

Nous sommes toujours plus nombreux à dire nos recherches, plutôt qu’à les taper. La recherche vocale a non seulement conquis nos smartphones et nos ordinateurs, mais elle s’impose aussi dans notre quotidien avec des assistants comme Google Home, Amazon Echo ou Apple TV. Pour les experts en marketing, cela signifie qu’il est possible de gagner des avantages concurrentiels si les assistants intelligents interprètent correctement les offres et les relient à l’utilisateur grâce à des questions pertinentes.

Partager

Print

Voice Search

«Bonjour Siri, je souhaite me rendre à la gare. Pourrais-tu me commander un Uber?» Siri peut le faire. Et derrière cette procédure en apparence banale, mais d’une grande importance pour les spécialistes en marketing se cache une intelligence artificielle (IA) hautement perfectionnée. En 2016, plusieurs succès impressionnants ont été célébrés en matière d’IA. DeepMind de Google a vaincu l’un des meilleurs joueurs de go au monde, une IA de Sony a composé une chanson dans le style des Beatles, le Watson d’IBM a créé une bande-annonce de film, tandis que l’IA de Microsoft a peint un Rembrandt avec une imprimante 3D.

Si ces développements majeurs, en tant qu’études de faisabilité, ont une influence minimale sur notre quotidien, les progrès de l’IA en termes de perception de la parole sont eux notables, comme le montre l’exemple du début. En plus d’être capables de synthétiser la langue parlée et de traduire en temps réel, les IA sont aussi en mesure de comprendre précisément des questions posées et de trouver les réponses appropriées.

Cette évolution est d’une importance primordiale pour les moteurs de recherche, les systèmes d’exploitation ou les réseaux sociaux. Sundar Pichai, CEO de Google, l’a bien résumée au printemps 2016, lorsqu’il a déclaré que Google passerait dans les années à venir d’un monde du Mobile First à un monde de l’AI First. Qu’est-ce que cela signifie concrètement? Les assistants personnels intelligents (ou moteurs de recherche à commande vocale) sont appelés à devenir la première interface entre l’homme et la machine en quelques années seulement.

Si vous pensez qu’il s’agit là d’un scénario de science-fiction digne de Her, regardez de plus près les dernières réalisations. Les géants de la branche publient certes peu de chiffres, mais Mary Meeker a tout de même réussi à collecter quelques faits révélateurs pour son Internet Trends Report 2016. Ainsi, en juin 2015 déjà, Siri avait traité plus d’un milliard de recherches effectuées par commande vocale. En mai 2016, 25% des recherches dans la barre de tâches de Windows 10 étaient parlées. Toujours en mai 2016, on évalue à près de 20% les recherches dictées sur l’application Google Android. Andrew Ng, chercheur en chef de Baidu, estime qu’en 2020 50% des recherches effectuées seront dictées ou se feront par image.

Les chiffres ne sont pas les seuls à étonner. Ceux qui ont déjà testé les assistants de Google, d’Amazon, de Microsoft ou d’Apple savent que ces derniers sont aujourd’hui déjà capables de comprendre correctement des demandes relativement compliquées, y compris dans des environnements bruyants, et de donner des réponses pertinentes. Et depuis peu, ils sont même en mesure de réaliser des transactions, par exemple d’acheter un billet ou de commander à manger. Qui plus est, la recherche vocale n’a pas uniquement conquis nos smartphones et ordinateurs. Google Home, Amazon Echo – on s’attend à 10 millions d’appareils vendus en 2017 – ou Apple TV s’installent dans nos salons et établissent ainsi une connexion directe à Internet et aux prestataires qui y opèrent.

C’est précisément cet aspect qui est intéressant pour les spécialistes en marketing. Désormais, ils ne devront plus seulement atteindre leurs groupes cibles par le biais d’annonces sur le Web; ils devront s’assurer que les assistants comprennent correctement leur offre et la mettent en relation avec les questions de leurs utilisateurs. En effet, seules les entreprises qui structurent efficacement les données de commercialisation pertinentes et les ouvrent aux assistants numériques pourront toucher les utilisateurs de ces derniers.

Nos prévisions

Nous estimons que d’ici fin 2017 la recherche vocale représentera en Suisse près de 20% de toutes les recherches sur les principales plateformes.

Comment les entreprises suisses peuvent-elles réagir face à cette évolution?

Les assistants (ou moteurs de recherche) exigent des données structurées pour pouvoir répondre correctement aux questions posées. Les assistants numériques ont besoin de données météorologiques, de données sur les heures d’ouverture d’une filiale, de flux de produits, de données horaires de trajet, etc., élaborés dans un format uniforme pour pouvoir les relier efficacement aux demandes des utilisateurs. Il est donc primordial de vous assurer dès aujourd’hui que les informations pertinentes concernant votre entreprise, par exemple les coordonnées, les horaires ou les flux de produits, sont soigneusement traitées. Préparez-vous sans attendre aux interactions avec les assistants numériques.

Découvrez maintenant la prochaine tendance (5/5)
«Les robots se mettent au travail»