PageSpeed, principal facteur de réussite sur le Web

21 Nov 2016 / de Tobias Zehnder / Webrepublic / Comments

Les utilisateurs d’appareils mobiles sont impatients. Une page qui charge durant plus de trois secondes fait déjà fuir 40% des utilisateurs. Depuis des années, Google pousse les exploitants de sites Internet à optimiser leur présence Web sur les appareils mobiles. Avec Accelerated Mobile Pages (AMP), cette optimisation concerne maintenant les temps de chargement.

Partager

Print

None

Il y a un an, Google lançait le projet AMP (Accelerated Mobile Pages), lequel constitue, avec les articles instantanés de Facebook, la base de la création de contenus mobiles nettement plus attrayants. Les articles AMP chargent beaucoup plus rapidement que les pages habituelles. Grâce à la mention AMP apparaissant dans les résultats de recherche, ces articles génèrent aussi plus de trafic Web via Google. Les utilisateurs savent immédiatement, grâce à la mention, que la vitesse de la page Web en question a été optimisée. Le cas échéant, la fréquentation du site Web augmente. Ainsi, Slate.com a pu augmenter son nombre de visiteurs par mois via Google de 73% grâce à AMP.

Une norme déjà bien établie

En novembre 2016, il existe déjà 600 millions de pages AMP sur Internet. Maintenant que le fameux CMS WordPress va aussi intégrer le système AMP, il est clair que le chargement rapide des pages deviendra la nouvelle norme, et la tolérance des utilisateurs aux pages lentes diminuera d’autant plus. Actuellement, déjà 40% des utilisateurs quittent une page lorsqu’elle met plus de trois secondes à charger. Le chargement rapide est donc primordial, pour les fournisseurs de contenu mais aussi pour les prestataires de e-commerce. Selon une étude Mobify, une réduction de 100 millisecondes du temps de chargement entraîne une augmentation de 1,1% du taux de conversion.

Nos prévisions

Google mettra fin aux mentions AMP d’ici 2017 et, à la place, marquera les pages qui chargent lentement de la mention «Slow».

Comment les entreprises suisses peuvent-elles réagir à cela?

Etant donné que la question du temps de chargement des sites Web se traite dans le cadre de projets complexes réunissant plusieurs domaines (SEO, développement Web, suivi, etc.), il faudra faire appel à un «Chief Speed Officer». PageSpeed doit constituer une des principales priorités au sein de l’entreprise et être géré par un responsable, au-delà de la structure en silos thématiques.

Découvrez maintenant la prochaine tendance (2/5)
«Chine: Puissance B2C»